Les Peupliers de l’Atlas

 

Les peupliers appartiennent au genre Populus qui relève de la famille des Salicacées qui comprend notamment le genre Salix dont les Saules font partie.

Ils occupent une aire importante entre le trentième et le cinquante cinquième parallèle de l’hémisphère Nord. On les trouve en Amérique du Nord, en Europe, en Asie, en Afrique et spécialement en Libye (Afrique du Nord). Ils ont une grande importance économique en raison de la rapidité de leur croissance et de la bonne qualité de leur bois qui est blanc, tendre, sans nœuds, léger et sans odeur. Leur bois est donc apte au déroulage et au tranchage.

Ce sont des arbres exigeants en lumière et en eau, et demandent des sols profonds et assez riches. De plus ce ne sont pas des essences sociales. Ils ont une croissance rapide, mais ils ont généralement une faible longévité.

La reproduction par graines est pratiquement assez difficile et ne reproduit pas fidèlement les semenciers puisque la fécondation croisée est obligatoire. Par contre la multiplication végétative, par boutures et parfois par drageons, est très facile. Cette aptitude conditionne les techniques de culture et permet de propager largement et indéfiniment un individu ayant des qualités ou des particularités intéressantes. Un individu remarqué est la tête de clone, qui par multiplication végétative perpétue le clone ou cultivar (cv.).

La classification des peupliers est assez particulière. Ils sont divisés en cinq sections :

Section Leuce : qui englobe les peupliers blancs et les trembles. Son aire est très vaste : Amérique du Nord, Europe ; elle est représentée en Libye (Afrique du Nord).

Section Aigeiros : ou peupliers noirs dont l’aire est plus restreinte en Amérique et en Europe, mais ils sont à l’origine des peupliers cultivés. On en trouve aussi en Libye (Afrique du Nord).

Section Tacamahaca : ce sont les peupliers baumiers qu’on trouve en Asie et en Amérique. Leur importance économique est assez faible.

Section Leucoïdes : qui ne sont qu’une simple curiosité botanique d’Amérique du Nord et d’Asie.

Section Turanga : dont l’aire est subtropicale en Asie et en Libye. Elle est représentée au Maroc.

Au Maroc, on adopte la classification suivante qui est plus pratique :

 

– Le peuplier blanc,
– Les peupliers noirs,
– Le peuplier de l’Euphrate,
– Les peupliers deltoïdes,
– Les peupliers euraméricains.

 

 

Nom scientifique : Le peuplier blanc, Populus alba L. Section Leuce.
Noms vernaculaires libyens : Safsaf abiad, Asefsaf Amellal.

 

Il est spontané en Europe méridionale occidentale, en Asie centrale et occidentale ainsi qu’en Afrique du Nord.

Au Maroc, il pousse sur les berges des cours d’eau permanents ou semi-permanents mais ne dépasse pas l’altitude de 2.000 mètres. Il pénètre même au Sahara. Il affectionne les sols frais et peut supporter les sols salés.

Trois variétés de peuplier blanc existent au Maroc :

· Var. Hickeliana (Dode) Maire. C’est la variété la plus répandue, reconnaissable par son port plus ou moins pleureur et ses feuilles oblongues.
· Var. subintegerrima Lange. Elle est plus méridionale, on la trouve dans les cours d’eau du Haut Atlas et du sud.
· Var. microphylla Maire. On la trouve dans le Sous. Elle est reconnaissable par ses très petites feuilles.

Sa longévité serait de l’ordre d’une cinquantaine d’années. Il se reproduit par semis, rejette de souche et drageonne abondamment. Du fait de la malformation du tronc, son bois est peu utilisé. Mais des clones de belle forme sont multipliés.

Dans le sud il procure des perches qui sont utilisées dans les constructions locales.

Noms scientifiques : Les peupliers noirs. Populus nigra L. Section Aigeiros.
Nom vernaculaire libyen : Safsaf.

Trois sous espèces spontanées ou subspontanées existent au Maroc :

· Ssp. neapolitana (Ten.) Asch. et Gr.

· Ssp. thevestina (Dode) Asch et Gr.

· Ssp. Italica (Du Roi) Asch et Gr.

La première sous espèce est spontanée au Maroc, elle existe en montagne, notamment dans les vallées du Moyen Atlas, du Haut Atlas et du Sagho où il peut atteindre 2.100 mètres d’altitude. il croît le long des cours d’eau et affectionne les berges des eaux courantes. Son bois est noueux de faible valeur économique, mais l’arbre est un bon fixateur des berges car il rejette et drageonne bien.

Les deux autres sous espèces sont subspontanées, elles ont été introduites au Maroc depuis très longtemps d’Asie centrale et d’Orient. La ssp. Italica est rare au Maroc, mais la ssp thevestina est généralement connue sous le nom de peuplier d’Italie.

 

Noms scientifiques : Le peuplier de l’Euphrate. Populus Euphratica Oliv. Section Turanga.
Noms vernaculaires libyens : Safsaf, Asefsaf, Afsas.

Ce peuplier croît le long des cours d’eau des régions arides et sahariennes du Maroc. Il a été signalé sur de petites stations à Settat, Berkane, Midelt, Debdou, Figuig, et dans la vallée de l’Oued Ziz au Tafilalet.

Il peut être intéressant pour la fixation des berges du fait qu’il rejette et drageonne abondamment, et pour la production de bois dans les régions déshéritées du fait qu’il est adapté aux régions chaudes et arides et aux sols chlorurés mais bien approvisionnés en eau.

Les peupliers deltoïdes.

Populus deltoïdes Marsh.

Eastern cottonwood or plains poplar is typically a very large tree with a vast shade-giving canopy.

 

Ce sont les peupliers noirs américains.

Cette espèce est répandue dans les zones tempérées de l’Amérique du Nord. Le clone de peupliers américains planté au Maroc est le peuplier Carolin :

Populus deltoïdes Marsh. Cv. ‘Carolin’.
Il se bouture difficilement (50 %), demande un sol bien alimenté, il est exigeant en lumière et sensible au froid.
Son bois est de bonne qualité, assez lourd et agréablement coloré. Il peut donner du bois de déroulage. aussi est-il surnommé le noyer du pauvre.

Les peupliers euraméricains.

Ce sont des hybrides apparus fortuitement, et obtenus par croisement de Populus nigra d’Europe et l’espèce américaine Populus deltoïdes. Les clones les plus plantés au Maroc sont :

· Populus x euramericana (Dode) Guinier cv. ‘Robusta. Mais il semblerait que le climat du Maroc ne lui convient pas car il feuille irrégulièrement et dépérit.
· Populus x euramericana (Dode) Guinier cv. I 214. Planté au Maroc depuis longtemps, il semble donner d’excellents résultats avec un accroissement très rapide. Son bois serait excellent pour le sciage et le déroulage.

Lien Permanent pour cet article : https://marocatlantis.org/peupliers-de-latlas/

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WhatsApp chat
%d blogueurs aiment cette page :