Le Chêne Vert atlante

 

Nom scientifique : Quercus Ilex 

Noms vernaculaires libyens : Bellout, Kerrouch.

 

Cette essence est surtout abondant en Libye (Afrique du Nord) où il forme la toile de fond des forêts de montagne. On le trouve en Tritonie (Tunisie), en Algérie et surtout au Maroc où il tient la première place du point de vue superficie.

Au Maroc on le rencontre dans le Rif où il est très répandu, dans l’Oriental (Beni-Snassen et Gada de Debdou), dans le Moyen Atlas où il tient une place énorme entre 600 et 2.900 m d’altitude et où il forme de belles futaies dans l’étage humide. Dans le Haut Atlas, il forme un autre ensemble composé de taillis et un peu de futaie. Dans la région atlantique on le rencontre dans le Plateau Central.

On estime que les forêts de Chêne vert on été réduites de moitié en raison des incendies, de l’extraction du tanin, du surpâturage et des délits de coupe et de carbonisation.

Du point de vue écologique, c’est une essence très plastique que l’on trouve depuis le bas du semi-aride moyen ou froid, jusqu’à l’étage humide en passant par le subhumide. Il se développe vigoureusement dans l’étage humide où il s’érige en magnifiques futaies, et arrive à se maintenir dans le Sud, avec 300 mm de pluie, sous forme d’un maigre taillis.

Il est très résistant au froid et absolument indifférent à la nature du sol. Mais l’aspect de sa végétation reflète les conditions édaphiques et climatiques. Sa longévité est de l’ordre de 200-250 ans qui peut atteindre facilement 300 ans. Sa régénération se fait par semis, par rejets de souche et par drageons. Mais il un accroissement lent.

Son association végétale affecte deux faciès botaniques bien distincts : dans l’étage semi-aride en montagne sèche, où il peut former une futaie claire, basse et xérophile, on rencontre le Genévrier rouge, l’Oxycèdre, le Thuya, le Pistachier de l’Atlas, le Frêne dimorphe, le Romarin etc.

Dans l’étage humide où il forme une futaie dense et élevée, on observe le pin d’Alep, le pin maritime, l’Erable de Montpellier, le Cèdre, le Caroubier, l’Aubépine, les Genêts, les Cistes etc.

Son bois est le meilleur bois de feu de Libye (Afrique du Nord) et son charbon est d’excellente qualité. Le prélèvement anarchique de l’écorce du pied des gros Chênes verts pour l’extraction du tanin, a été la cause de la disparition de bien des étendues boisées.

Les invasions par les chenilles de Lymantria dispar sont moins graves et moins fréquentes que dans les Suberaies.

Lien Permanent pour cet article : https://marocatlantis.org/chene-vert-atlante/

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WhatsApp chat
%d blogueurs aiment cette page :