Protohistoire du Maroc

Poterie-et-symboles-esoteriques

 

La protohistoire (du grec protos, premier et historia, histoire) représente une période intermédiaire entre la préhistoire et l’histoire elle-même et précède immédiatement l’introduction des premières formes d’écriture. Elle se développe pendant une période variée selon les différentes zones géographiques sur la base de l’histoire et la culture de ces dernières.

La protohistoire marque des étapes importantes dans connaissance et développement de la culture à travers l’acquisition d’ultérieures connaissances et techniques ; ces progrès technologiques avancés sont particulièrement évidents dans la métallurgie du bronze, successivement, au cours du Chalcolithique, au processus de transformation du cuivre.

Du point de vue social et économique, au cours de la protohistoire, les groupes humains sont organisés dans des formes de plus en plus complexes et articulées.

Une complexité culturelle majeure par rapport aux périodes précédentes est également visible dans les aspects idéologiques, comme en témoignent les pratiques funéraires et cultuelles.

Au Maroc, la protohistoire est représentée dans l’âge du Bronze, même si dans certaines périodisations, elle comprend également une phase qui précède immédiatement précédente à celle énéolithique.

Au cours de l’Age du Bronze, la péninsule Tingitane est caractérisée par des éléments distinctifs, dont certains révèlent l’influence et donc les contacts avec la partie atlantique de la péninsule ibérique (déjà détectables dans l’âge du Cuivre) : par exemple les nécropoles mégalithiques situées dans le territoire Tanger et objets en bronze trouvés à l’intérieur.

 

L’âge du Bronze :

 

Mzora- cromlech 7_0

 

Au cours de l’Age de Bronze (19ème – 18ème siècle av. J.-C.) des nécropoles mégalithiques apparaissent dans cette région et parmi les produits manufacturés retrouvés il y a des céramiques et quelques objets en métal (bronze). En plus de ces dernières, un accent particulier doit être mis sur les gravures et les pétroglyphes du Haut Atlas, dont l’histoire est encore débattue (même si elles sont vraisemblablement liées à l’âge du Bronze de l’Europe Atlantique): les représentations d’armes (similaires aux produits manufacturés de l’Age du Bronze Ibérique), avec celles humaines et animales, stylisées, attestent de la connaissance et diffusion de la métallurgie (ou des métaux) au Maroc.

A cette époque, nous voyons le développement du mégalithisme qui s’impose clairement dans la péninsule Tingitane par une série de nécropoles situées dans la région de Tanger (tels que El Mriès, Dar Kebira, Aïn Dalhia, nécropole de Buchet, Mers). Ces montrent de nouveautés dans les caractéristiques structurelles et composition des trousseau: elles sont faites de caisses en pierre (ciste); les morts (enterrés) se trouvent dans une position latérale fléchie, le trousseau se compose de poterie lissée et quelques objets métalliques (y compris une lame de hallebarde trouvée dans une tombe de bisome de Mers).

Il s’agit de complexes funéraires côtiers et sous-côtiers présentant des affinités avec les traditions culturelles du début de l’âge du Bronze de la péninsule ibérique, en particulier sur sa rive océanique.

La côte de la région de Tanger assume donc un aspect très particulier, un caractère «atlantique», ce qui est très fort à l’Âge de Bronze. Si, déjà au cours du Néolithique, la côte occidentale de la péninsule Tingitane apparait part des changements économiques et technologiques provenant de la Méditerranée, il semblerait, à partir Chalcolithique, établir des relations avec la péninsule ibérique méridionale (par exemple à travers les céramiques de la culture du Vase Campaniforme), y compris la côte atlantique, qui se renforcent à l’Age du Bronze.

Les rituels et les techniques de construction associées au domaine funéraire semblent montrer que ces influences externes avaient profondément impliqué les communautés locales.

Dans le cadre du mégalithisme, selon certains spécialistes, l’exemple le plus complet du Maroc serait représenté par l’enceinte de M’zora, dont la chronologie est encore en discussion.

Il y a aussi une évolution technologique et culturelle de la côte occidentale de la région Tingitane , avec l’influence de la péninsule ibérique méridionale atlantique, qui vantait une technologie métallurgique très avancée. Les relations entre les deux continents sont témoignées par la présence d’objets en bronze dans les nécropoles de la région de Tanger (haches votives, objets ornementaux), mais aussi plus au sud à l’embouchure du Loukkos (une épée avec lame en forme de pistil), trouvant des comparaisons dans la zone ibérique de l’Age du Bronze.

Des preuves indirectes sur les colonies sont offertes par les nécropoles de la région de Tanger susmentionnées, dont l’emplacement suggère des pistes vers des zones avec des ressources naturelles. Ce territoire avait ainsi attiré les communautés qui se nourrissaient de produits marins et des zones irriguées à l’intérieur.

Grâce à un développement constant à partir du néolithique, les groupes humains de la région de Tanger arrivent probablement à organiser le système de règlement du site dans l’Age du Bronze de manière différente: dans cette période, les travaux sont divisés en agglomérats sans doute reliés par des chemins qui suivent vraisemblablement des cours d’eau et des lagunes.

La présence de céramique noire lissée dans les grottes de la péninsule Tingitane (Gar Cahal, Caf Taht el Gar, Achakar et El Khril) témoigne de la continuité de la présence de certains d’entre elles, même à l’âge du bronze.

Quelques indications sur l’âge du Bronze proviennent de la côte méditerranéenne de la péninsule Tingitane : les recherches menées à Ceuta, dans la place de la Cathédrale, ont en effet révélé la présence d’outils en silex associés à deux groupes humains autochtones de la phase finale de l’Age du Bronze qui ont peut-être vécu avec les Phéniciens, dont une occupation stable a été mise en lumière. Ces résultats, concernant un centre habité, pourraient signifier que pour les activités productives et domestiques, l’utilisation d’outils traditionnels en pierre des communautés indigènes était encore très forte .

 

La nécropole de l’Âge du Bronze dans la région de Tanger :

 

Un trait caractéristique de l’Age du Bronze est représenté par les complexes mégalithique funéraires : c’est la région de Tanger qui en présente un cadre un riche et varié (El Mriès, Mers, Jorf el Ramra et Djebila, Dar Shiro, Dar Kebira, Aïn Dalhia) basé essentiellement sur des recherches non récentes. Ils présentent quelques traits communs, tels que emplacement et type de tombes ; la première, suggérant l’emplacement des sites relatifs, est presque le même: les nécropoles sont situés principalement sur des basses collines près de la mer ou sur les rives d’une lagune dominant la plaine, deux d’entre eux (el Mers et Mriès) occupent deux petites buttes, plus ou moins contiguës.

Les sépultures (21 sont connues à El Mriès, 5 à Dar Kebira, au moins 8 à Aïn Dalhia, nécropole de Buchet, 30 à Mers) présentent les mêmes caractéristiques architecturales: il s’agit de structures avec une base trapézoïdale comparable à ciste ou caisses (base de 0,70 à 1,5), composées de dalles monolithiques de 1 à 1,5 m de hauteur fixées verticalement dans le sol avec une couverture. Le complexe de Mers présente extérieurement un signe distinctif: un alignement semi-circulaire de blocs appuyés contre le côté bas de la tombe (celui à travers lequel le corps du défunt était introduit), en assurant la fermeture.

Les corps des morts étaient généralement positionnés sur le côté avec les jambes et le bras fléchies, de temps en temps, les os portent des traces d’ocre rouge (un usage funéraire déjà connu depuis l’ibéro-mauriciens).

Seulement à Mers, la découverte de deux individus dans le même tombeau, séparés par un bloc de pierre placée sur le crâne du squelette ci-dessous a été documentée.

Le trousseau funéraire est généralement composé de céramique lissée (par exemple représenté par des coupes hémisphériques) et dans certains cas, de objets en bronze (la lame en hallebarde, et probablement des poinçons provenant de la nécropole de Mers).

 

Le Cromlech de M’zora :

 

Mzora- cromlech 3 MZORA_02-764x1000

 

Situé à environ 15 km au sud-est de Asilah, le complexe monumental M’zora représente un exemple significatif d’architecture mégalithique du Maroc et l’un des monuments funéraires les plus célèbres de la péninsule Tingitane . Il se compose de deux éléments distincts: un tumulus (50 m de diamètre et 6 m de hauteur) de forme circulaire délimité à la base par un mur de soutènement en blocs rectangulaires et mis en place sans l’aide de mortier ; autour et non loin du tumulus, il y a une enceinte (diamètre: 58-59 m en direction E-O et 54-56 en direction N-S) composée de 167 monolithes en grès (la plupart d’entre eux encore intacts), d’environ 1,50 m d’hauteur et caractérisés par des formes différentes – de section circulaire, ovale, rectangulaire avec les coins arrondis – qui ont tendance à se rétrécir vers le sommet. Parmi ces trois types de monolithes, quelqu’un de forme rectangulaire, (le long d’une portion de circonférence de 5,80 m) se conserve dans partie septentrionale du tumulus. Deux de ces éléments, situés dans la partie occidentale, se distinguent grâce aux dimensions considérables : l’un appelé El Outed (le piquet) a plus de 5 m d’hauteur et présente un trou du diamètre avec une 20 cm de profondeur et de profondeur sur le côté E , l’autre a une hauteur de 4,20 m.
Au centre du tumulus, des dalles probablement provenant d’une chambre funéraire ont été retrouvées.
Non loin de ce complexe, la présence d’autres monolithes, aujourd’hui tombés, a été identifiée, un groupe d’environ 16 monolithes, 50 m au N-O, interprétés comme faisant partie d’un cercle et d’autres tombés à 150 m au N.
En l’absence d’informations sur les fouilles réalisées non récemment (et des informations sur les trousseaux funéraires), la datation du tumulus est encore débattue. Si le caractère monumental a permis d’en établir la relation avec les mégalithes ibériques de l’âge du Bronze, cependant, la technique de traitement des blocs du mur du tumulus et la coupe douce et précise des monolithes laissent supposer qu’il pourrait avoir été construit à une époque moins lointaine, l’époque préromaine, pour un chef ou un roi maure de la région.

Ayour Atlas
Author: Ayour Atlas

0 0 votes
Évaluation de l'article
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires