Les Néopuniques Kabyles sont des faux libyens

amazir2

 

L’une des raisons pour laquelle le kabyle est incapable de soutenir une vrai renaissance identitaire libyque (nord africaine) c’est ses gênes barbares, cette barbarité fait de lui un piètre libyen (berbère) et un ardent passionné de ses cousins nordiques de Barbarie (Scandinavie). La race étant l’essence même de l’identité d’une civilisation, sa préservation est capitale dans un projet de renaissance identitaire, sinon quoi le projet civilisationnel de renaissance tombera en poussière, miné par des incohérences cultures qui ne manqueront pas de parasiter tout effort de rassemblement et d’unité auteur de croyances et de comportements communs. Bien sur la génétique ne fait pas des Kabyles des Barbares dans leur majorité, ils sont bien sur libyens (nord-africains), mais victime de l’invasion et de l’influence des Puniques (Amazighs de Carthage) ils ont noué un lien profond avec les Sémites, puis leurs alliances et soumission aux envahisseurs Barbares Vandales venu d’Ibérie après l’avoir envahit elle aussi, c’est clairement montré comme un tournant dans leur histoire. Ils devinrent ainsi des métisses, tiraillé entre sémitude et barbarité. Ainsi aujourd’hui il n’est pas étonnant d’entendre un kabyle déclaré qu’il n’y a pas de race, ni de religion libyque, ces gens ont tout perdu, se sont fourvoyez en vendant leur religion et leur race, d’où l’étymologie de leur nom en arabe “Kabyle” qui vient de “Kabal” c’est à dire “accepté” car ils ont accepté l’Islam sans se battre contrairement aux Libyens de Tritonie (Tunisie) qui ont résisté dans les larmes et le sang. Ce métissage veut qu’aujourd’hui la nation des Zwaves (Zwawa) n’est plus l’homogénéité nécessaire pour incarner le combat identitaire d’une Libye ressuscité.

Lien Permanent pour cet article : https://marocatlantis.org/neopuniques-kabyles-faux-libyens/

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :