Les Nations et les tribus Libyennes nous ont fourni, les exemples les plus anciens de tatouage, la pratique remonte à plus loin que l’époque égyptienne. Les groupes de danseuses tribales américaines ont popularisé ce look avec des tatouages ​​costumés (pour la plupart temporaires) cependant le vrai tatouage tiens ses racines en terre libyque.

Questions sur cette coutume

  • Pourquoi ces femmes se sont-elles tatouées le visage et le corps?
  • Quel âge a la pratique?
  • Que signifient les marquages?
  • Est-ce qu’ils se tatouent aujourd’hui?

Découvrez la tradition, l’histoire et le symbolisme de ces tatouages ​​tribaux, ainsi que les décorations temporaires associées à la peau avec le henné.

“Laucham” (en arabe) ou “Jedwel” en libyen pour désigner le tatouage (on dit aussi “sfafa” ou “sferfed”) et peut être traduit par “talisman”. Les filles étaient traditionnellement tatouées pour marquer les phases de leur vie. Bien sur les hommes ne furent pas en reste, cependant l’islam étant plus tolérant envers la sphère privé féminine ne les persécutait pas pour leur pratique personnelle, à l’inverse des hommes qui furent châtié pour tout pratique non conforme au dicta islamique, c’est pour cela qu’il est bien plus rare de trouver des hommes tatoués.

La première phase est visible dans les marques du menton. “Siyala”, comme on les appelle, étaient souvent encrés de la lèvre au menton sous une forme représentant un palmier et des graines. C’est l’ouverture, le premier tatouage que l’on fait, il désigne l’entrer dans le monde spirituel.

La deuxième phase a été marquée entre les sourcils pour s’étendre plus tard sur le front. C’était un porte-bonheur, mais aussi un engagement, un mariage. Le point sur le nez désigne un enfant mort et c’était une façon de le protéger lors de son voyage vers l’au-delà.

La troisième phase, les symboles sacrés se poursuivent dans la gorge jusqu’à l’abdomen, puis le corps et les extrémités, souvent utilisé en médecine libyque.

Les marques ont remplacé le tatouage

Le tatouage du visage, en particulier, a perdu de son important avec l’arrivé de la modernité, étant un obstacle à l’esclavage des peuples au profit du grand capital et un frein à la mondialisation (uniformisation du genre humain), il a été remplacé par les marques. Autrefois l’attachement était fait à la Nation, la Tribu, la Famille, le Couple, tout cela a été remplacé par l’affiliation aux multinationales qui sont une forme d’aliénation des cultures où chacun voudrait en faire parti, on peut sans erreur parler de mondialisme tribale, un monde où l’appartenance au monde moderne sans culture et sans frontière serait une fierté tribal, ainsi ces nouveaux symboles sont devenu les codes sociaux d’aujourd’hui. Cependant ils ne remplacent en rien nos bons vieux symboles libyques, il créer juste une fausse appartenance et finalement une solitude, puis un individualisme moribond.

Habituellement, seules les femmes plus âgées sont tatouées sur le menton et le front. La raison? Selon une source, “les marques d’art corporel, appelées laucham en arabe ou ahetjam en libyen, ne sont plus considérées comme une pratique musulmane pieuse puis la renaissance islamique des années 90 et, par conséquent, très peu de jeunes femmes porteront ces tatouages. À un moment donné, ces tatouages ​​étaient des marques tribales de statut et de beauté, symboles aux motifs complexes qu’on retrouve aussi dans des tapis; la plupart des femmes libyennes considèrent désormais leurs tatouages ​​comme un rappel honteux d’une pratique liibyque antérieur à l’islam qui symbolise la religion de leurs ancêtre et non celle des Arabes qu’ils pratiquent actuellement de façon machinale sans même comprendre un mot du coran.

Protéger du mal !

De nombreux symboles ont pour but de “protéger le mauvais œil”, une pratique prise au sérieux même si aujourd’hui la science a un sérieux retard en ce qui concerne la psyché humaine.

Protection et attraction

Les tatouages ​​traditionnels ont des significations variées. Certaines sont des affiliations tribales, d’autres ont une connotation “magique” (pour conjurer le mal, etc.) et d’autres sont destinées à l’embellissement mais jamais sans raisons ésotérique.

Pour les femmes, elles peuvent être appliquées au début de la puberté ou pour communiquer l’état matrimonial et d’autres informations sociales.

Ce sont des symboles stylisés sobres, souvent appliqués aux mains, au visage et / ou aux chevilles, qui ont été codifié tel un langage qui nous viens des anciennes civilisations libyques, depuis la glorieuse Atlantide à nos jours. Les femmes et les hommes qui étaient autrefois chargé de diffuser ces usages on peut à peut disparu jusqu’à devenir très rare.

Tatouage “à la barbe”

Très présent chez les Atlantes du Moyen Atlas, on le retrouve aussi chez les Berbères en Ethiopie, rare sont les peuples qui le pratique.

Symboles de tatoué et tapis, une liaison

Un échantillon de symboles libyques

Olivier: signifie la force, en raison de son nom libyen “azmaur” , dérivé du terme tazmat (force).

Arbre: lié à une vie facile, au bonheur et à la fertilité. Il symbolise le centre du monde entouré d’êtres, d’objets et d’esprits. Cela signifie aussi la vie (à cause des racines) et la connaissance (à cause des feuilles).

Diamant: Le féminin sacré, la féminité, l’élégance et la fertilité sont représentées. Il est associé au serpent et représente l’union des contraires.

Protection et porte-bonheur

Dans toute la région, on s’inquiète de la malveillance contenue dans le regard du «mauvais œil». De nombreux modèles de tatouages ​​utilisés par les Libyens visent à détourner ce préjudice.

Les idées de beauté ont fasciné les anthropologues et les individus curieux. Esotériquement, ils ont un sens caché et culturellement un sens profane. Souvent de couleur bleu/vert libyque, rarement en rouge et autre couleur. Des motifs encrés destinés à protéger les femmes tatouées de Libye, tout en les considérant comme des marques de beauté car l’un n’empêche pas l’autre.

La tatouage temporel

Utilisez généralement lors d’une cérémonie ou pour exprimer un sentiment, il dur temps de l’événement puis s’estompe, il est encore fortement utilisé en raison de son côté pratique, facile a prendre en main, rapide a réaliser et n’engage aucun parti, ni le porteur, ni le conjoint, ni la tribu.

Le tatouage éternel

Il est comme une forme d’engagement pour l’éternité, un pacte immuable avec sois-même, son conjoint, sa Famille, sa Tribu, sa Nation et finalement les Dieux, en raison de son importance capital il ne peut et ne doit jamais être effacé. Ces tatouages sont gravé dans la peau à l’aide d’un procédé douloureux de plaies dans lesquelles on dépose un colorant naturel qui se retrouve piégé dans la peau une fois cicatrisé. Leur objectif étant d’afficher de façon ostentatoire les choix important que nous faisons pendant notre vie.

En savoir plus sur les tatouages libyques

Rejoignez la communauté Premium du site et accédez à des articles plus détaillés et précis avec possibilité d’avoir pleins d’autres avantages et des réductions sur la nouvelle boutique MA en préparation. Pour vous inscrire et devenir membre Premium, allez au lien ci-dessous.

Source :

https://hubpages.com/education/middle-eastern-tribal-tattoos

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.