«

Déc 02 2017

Photo du profil de Ayour Atlas

Imprimer ce Article

Uranus le premier Dieu-Roi du Maghreb

 

 

Wauranos le premier Dieu-Roi de l’Atlantide

 

Extrait tiré du livre de Diodore De Sicile :

 

Histoire des Dieux selon les Atlantes

 

Comme nous avons fait mention des Atlantes (Chleuhs), je crois qu’il ne sera pas hors de notre sujet de rapporter ici ce qu’ils racontent de la naissance des Dieux. Leur sentiment n’est pas en ce point fort éloigné de celui des Hellènes (Grecs). Les Atlantes habitent une contrée maritime et très fertile (le Maghreb). Ils diffèrent de tous leurs voisins par leur piété envers les Dieux et par leur hospitalité. Ils prétendent que c’est chez eux que les Dieux ont pris naissance et le plus fameux de tous les poètes de l’Hellénie (Grèce) paraît être de cet avis lorsqu’il fait dire à Junon :

 

Je vais voir sur les bords du terrestre séjour

L’Océan et Thétis, dont nous tenons le jour.

 

Ils disent que leur premier Roi fut Uranus. Ce Prince rassembla dans les villes les hommes qui avant lui étaient répandus dans les campagnes. Il les retira de la vie brutale et désordonnée qu’ils menaient ; il leur enseigna l’usage des fruits et la manière de les garder et leur communiqua plusieurs autres inventions utiles. Son empire s’étendait presque par toute la terre mais surtout du côté de l’Occident et du Septentrion. Comme il était soigneux observateur des astres, il détermina plusieurs circonstances de leurs révolutions. Il mesura l’année par le cours du soleil et les mois par celui de la lune et il désigna le commencement et la fin des saisons. Les peuples qui ne savaient pas encore combien le mouvement des astres est égal et constant, étonnés de la justesse de ses prédictions, crurent qu’il était d’une nature plus qu’humaine et après sa mort ils lui décernèrent les honneurs Divins à cause de son habileté dans l’astronomie et des bienfaits qu’ils avaient reçus de lui. Ils donnèrent son nom à la partie supérieure de l’univers, tant parce qu’ils jugèrent qu’il connaissait particulièrement tout ce qui arrive dans le ciel que pour marquer la grandeur de leur vénération par cet honneur extraordinaire qu’ils lui rendaient, ils l’appelèrent enfin Roi éternel de toutes choses. On dit qu’Uranus eut quarante‑cinq enfants de plusieurs femmes mais qu’il en eut entre autres dix‑huit de Titaea. Ceux‑ci outre leur nom particulier furent appelés Titans du nom de leur mère. Comme Titaea était fort prudente et qu’elle surpassait les autres femmes en toute sorte de vertu, elle fut mise au rang des Dieux par ceux qu’elle avait comblés de biens pendant sa vie et elle fut appelée Gaïa (la Terre). Uranus eut aussi plusieurs filles dont les deux aînées ont été les plus célèbres. L’une était Basilée, qui signifie Reine, et l’autre Rhéa, que quelques‑uns nomment aussi Pandore. Basilée qui était la première était aussi la plus sage et la plus habile. Elle éleva tous ses frères et elle avait pour eux une amitié de mère. Quand son père passa au rang des Dieux, les peuples et surtout ses frères, l’obligèrent de monter sur le trône ; elle était encore vierge et par un excès de pudeur, elle ne voulait pas se marier. Mais enfin, pour avoir des enfants qui purent succéder à sa couronne, elle épousa Hypérion, celui de ses frères qu’elle aimait le plus.

 

Helius et Séléné frère et soeur de Basilée et d’Hypérion.

 

Elle en eut un fils et une fille, Hélius et Séléné, tous deux admirables par leur beauté et par leur vertu. Cependant, ces avantages attirèrent sur Basilée l’envie de ses frères qui, craignant d’ailleurs qu’Hypérion ne voulût se rendre maître du royaume, conçurent un dessein exécrable. Ils conjurèrent entre eux d’égorger Hypérion et de noyer dans l’Éridan son fils Hélius qui n’était encore qu’un enfant. Quand Séléné apprit ce malheur, comme elle aimait son frère uniquement, elle se jeta du haut du palais en bas. Pendant que Basilée cherchait le long du fleuve le corps de son fils Hélius, elle s’endormit de lassitude. Elle crut voir son fils qui l’appela et lui recommanda de ne point s’affliger de la mort de ses enfants. Il ajouta que les Titans recevraient le châtiment qu’ils méritaient, que sa soeur et lui allaient être admis au nombre des Dieux par l’ordre du destin, que ce qui s’appelait autrefois dans le ciel le feu sacré s’appellerait Hélius ou le Soleil, et qu’on donnerait à l’astre appelé Mené le nom de Séléné ou de Lune. S’étant réveillée, elle raconta son songe à ceux qui la suivaient et leur défendit de la toucher. Aussitôt, elle tomba dans une espèce de fureur. Prenant en main les jouets de sa fille qui pouvaient faire du bruit elle errait partout le pays et se mettant à courir et à danser, les cheveux épars, comme elle aurait fait au son des tambours et des timbales, elle excitait la compassion de tous ceux qui la voyaient. Tout le monde en ayant pitié, quelques‑uns voulurent l’arrêter. Mais aussitôt il tomba une grande pluie accompagnée d’horribles éclats de tonnerre. Sur ces entrefaites, Basilée disparut. Le peuple changeant alors sa douleur en vénération plaça Hélius et Selené entre les astres. On éleva des autels en l’honneur de leur mère et on lui offrit des sacrifices au bruit des tambours et des timbales à l’imitation de ce qu’on lui avait vu faire.

 

Notre exégèse sur ces textes helléniques :

 

Nous constatons comme toujours chez les Romains, un savant mélange entre l’histoire et la mythologie qui se confondent, en effet les Dieux y sont présenté comme des hommes ordinaires qui vivaient dans l’Atlantide (Maghreb) et qui ont gagné leur statut de Dieu après s’être illustré en apportant une science incommensurable à l’Humanité. Cette vision terre-à-terre est contredit la théologie plus ancienne des Hellènes et des Egyptiens, sans parler des Atlantes eux-même qui ont été témoin des premières ères de la vie sur Terre. On peut expliquer cette vision romaine de la religion par une perte de foi en les Dieux, oubliant qu’il est aisé pour un Dieu de se faire homme et vivre parmi les humains sans ne rien laissé paraître. L’autre chose évidente est l’Univers, il regorge de planète et celles de notre système solaire porte les noms de ces Divinités et sont étrangement conforme à la nature et aux symboles que l’ont confère à ces derniers. 

Néanmoins malgré ce problème de lecture, Diodore De Sicile nous apporte un grand éclaircissement sur nos origines et les premiers Rois de l’Atlantide (Maghreb), nous permettant d’en apprendre plus sur nos ancêtres et nous faire une idée des premiers temps de ce paradis que nous ne chérissons pas asse et qui est notre héritage. Si Wauranos nous enseigne le don précieux de comment cultiver les fruits et le calendrier nécessaire à tout agriculture, il est notre Père céleste, Da-n-Iggenwann (Daniggenwan), celui qui nous ouvert la compréhension du ciel, nous sortons des ténèbres de l’ignorance, ce n’est donc pas part hasard si aujourd’hui l’Atlantide (Maghreb) est un véritable paradis terrestre. Aujourd’hui encore cette héritage est visible partout, alors que le monde préfère suivre l’industrialisation et la marchandisation des humains, le Maroc reste profondément attaché à sa tradition ouranienne.

Nous y apprenons surtout que l’origine des Dieux est l’Atlantide (Maghreb) et que les premiers épisodes tragique de notre histoire donnerons naissance aux conflits que nous vivons aujourd’hui avec la vengeance de El (Allah) et bien d’autres égarement, mais c’est aussi la genèse des Dieux, présenté comme nous ne les avons jamais vu, plus humain que jamais et bien sur cela rappel à quel point l’homme a été créer à leur image. Sous Ouranos que l’on pourrait orthographier en libyen « Wauranos » c’est l’apprentissage de l’astronomie aux Hommes, science qu’Il léguera à son fils Atlas et qui sera transmise aux Humanités, puis l’apprentissage de l’agriculture qui donnera naissance au jardin des Hespérides et la colonisation de la Terre par les Atlantes qui forment peu à peu les premiers peuples. La théorie de peuple déjà présent avant leur arrivé est probable, mais il ne s’agit pas d’humain comme nous le comprenons aujourd’hui étant donné les différentes tentative de création et d’échec à l’élaboration de créature stable et équilibré. La race atlante civilise le monde et instaure une nouvelle ère, celle du Dieu-Roi Wauranos et de la lumière divine sur Terre. Bien sur ses enfants deviendront les Dieux que nous connaissons et le peuple Atlante sera en constant changement de Dieu-Roi, à ce jour l’un de ces divins monarques règnent sans vivre parmi les Hommes, malheureusement il s’agit du pire, mais cela nous préférons le garder secret pour un futur ouvrage en préparation.

 


 

Si vous aimez notre travail, soutenez nous sur notre page tipeee par des dons, ou juste gratuitement en cliquant sur les pubs et n’oubliez pas de partager nos articles sur les réseaux sociaux.

Notre compte tipeee >>> https://www.tipeee.com/maroc-atlantis

Merci à tous, la renaissance libyque est en marche.

Lien Permanent pour cet article : http://marocatlantis.org/uranus-premier-dieu-roi-maghreb/

%d blogueurs aiment cette page :