«

»

Août 13 2017

Photo du profil de Ayour Atlas

Imprimer ce Article

Nemoralia la fête de la Déesse Artémis

 

Joyeuse Nemoralia

 

Le festival de Nemoralia a été célébré par les anciens Romains le 13-15 août ou la Pleine Lune d’août, en l’honneur de la Déesse Diane (voir Diane Nemorensis ). Ce festival a ensuite été adopté par les catholiques comme la fête de l’Assomption. Plus connus sous le nom du festival des torches de Diane.

 

Nous sommes le 13 août et ça devrait être la fête de la Déesse et ce soir, un soir de pleine lune, pourtant c’est au 7 août que la lune était pleine, c’est ce jour qu’elle aurait du être fêté, possible problème entre le calendrier grégorien et julien qui ne font pas tomber la fête au bon moment. En principe elle doit être fêté à la première pleine lune d’août.

 

Ovide décrit la célébration ainsi:

« Dans la vallée aricaine, il y a un lac entouré de forêts ombragées, gardé sacré par une religion des temps anciens … Sur une longue barrière, suspendez de nombreux morceaux de fils tissés, et de nombreuses tablettes sont placées là comme des offrandes à la Déesse le plus souvent, une femme dont les prières appelait Diane (Artémis), avec une couronne de fleurs couronnant sa tête, marche de Rome portant une torche brûlante … Il y a un ruisseau qui coule de gargasse de son lit rocheux … « . La personne chargé de l’office est le prêtre en chef, dit Nex Nemorensis.

Ce jour-là, les adorateurs formeraient une procession chatoyante de torches et de bougies autour des eaux sombres du lac Nemi (Nemi, du nemus latin, qui signifie bois sacré ou bosquet sacré), Miroir de Diane. Les lumières de leurs bougies rejoignent la lumière de la lune, dansant en réflexion sur la surface de l’eau. Le festival d’aujourd’hui se tient à la façon hellénique (grecque).

Des centaines se rejoignent au lac, portant des couronnes de fleurs. Selon Plutarch, une partie du rituel (avant la procession autour du lac) est le lavage des cheveux et l’habille avec des fleurs. C’est un jour de repos pour les femmes et les esclaves. Les chiens sont également honorés et habillés de fleurs. Les voyageurs entre les rives nord et sud du lac sont transportés dans de petits bateaux éclairés par des lanternes. Des lampes semblables ont été utilisées par les vierges Vestal et ont été trouvées avec des images de la Déesse à Nemi.

Un poète romain du 1er siècle CE, Propertius, n’a pas assisté au festival, mais l’a observé de la périphérie comme indiqué dans ces mots à son bien-aimé:

« Ah, si vous ne marcheriez-vous que dans vos heures de loisir. Mais nous ne pouvons pas nous rencontrer aujourd’hui, quand je vous vois pressé d’excitation avec une torche brûlante au bosquet de Nemi où vous portez la lumière en l’honneur de la Déesse Diane ».

Les demandes et les offres à Diane peuvent inclure: petits messages écrits sur des rubans, attachés à l’autel ou aux arbres; petites statuettes en argile cuite au four ou au pain de parties du corps nécessitant une guérison; petites images d’argile de mère et d’enfant; minuscules sculptures de cerf; danse et chanson; et des fruits comme les pommes.

En outre, des offrandes d’ail sont faites à la Déesse de la Lune Noire, Hécate, pendant le festival. La chasse ou le meurtre de toute bête est interdit pendant Nemoralia.

Ce festival commémore la fondation du temple de Diane sur la colline d’Aventine sur les rives du lac Nemi. Dans l’antiquité, les matrones romaines décorent un gateau aux bougies / lampes. Ensuite, ils marcheraient avec des chiens de chasse, accompagnés de leurs maris et de leurs enfants, sur les rives du lac par la torche. Là, ils sacrifieraient à Diane et honoreraient le Rex Nemorensis (Roi de la forêt) et Egreria (Dame du Lac).

Les sorcières romaines tiennent aussi ce festival. Beaucoup de traditions romaines méridionales le considèrent comme un moment idéal pour renouveler les vœux et les serments à la Déesse.

La date a également été associée à la Déesse Hécate (ou Hekate par l’orthographe hellène). Dans la religion hellénique, Hekate a été apaisé au plus fort de l’été pour protéger les cultures contre la panne et les tempêtes nuisibles. Parce que les Romains ont associé Hekate à Diane (surtout en tant que Reines des sorcières respectives et autres rôles subversifs), ils ont commencé à inclure la propension / vénération d’Hécate (l’orthographe latine) pendant la Nemoralia de Diane. Artémis était heureuse de partager une fête avec sa parente – bien qu’une distinction puisse être faite entre la célébration des mystères de Diane et l’apaisement de Hecate pour garder les mauvaises choses à distance.

Dans certaines lignes de l’artisanisme traditionnel romain et hellène du sud, il est fréquent que les Dieux soient honorés en signe de solidarité, c’est-à-dire que les sorcières sont toutes une tribu et une famille … et – passé, présent et pourtant né Étaient / sont un pendant la fête des torches.

Cependant, comme il est populaire auprès de nombreux néo-pagans modernes, ces racines ont été tordues, à tel point que la bêtise est abondante.

Au cours de la Nemoralia, le chef de la famille se promenait dans leur maison avec une lampe allumée tout en chuchotant les louanges de Diane. Tant que le feu reste brûlé pendant cette circonamortition, il a été jugé qu’aucun esprit maléfique, aucun voleur mortel, aucun désastre ou pauvreté ne pouvait entrer pendant un an (jusqu’à ce qu’il soit renouvelé la prochaine Fête des Torches).

Cette observation privée a également été considérée comme ayant le même mérite que le traitement physique autour du miroir de Diane (lac Nemi), si vous ne pouviez pas arriver au bois actuel d’Aricia.

Il semble tout fois que ce genre de rituel soit l’héritage du culte d’Hécate et adapté à Artémis pour sa Nemoralia, rien d’étonnant puisque les Romains ne sont pas les fondateurs de ces mystères.

 

Dans la tradition libyque, nous avons aussi nos fêtes semblable à Nemoralia des Romains, nous attachons des tissus aux branches d’un grand arbre sacré après y avoir marqué un voeux et dansons et chantons pour le bien-être de nos tribus. Si l’islam a éradiqué les croyances libyques chez nos tribus, beaucoup on continué ces rituels libyques semblable à Nemoralia sans prononcé le nom de leur Divinité ou sous l’apparence d’un saint patron pour ne pas attirer le courroux des mahométans qui interdise jalousement tout culte à un autre que leur Dieu.

Diane (Artémis) reste une Déesse de l’Est libyen, en d’autre terme de Cyrénie, elle est la Divinité suprême du peuple Amazone, un peuple qui a souvent été en guerre contre les Atlantes d’Hespérie (Maghreb), en d’autre terme il est difficile de cautionner l’idée que nos ancêtres aurait reprit son culte, cependant rien n’est à écarter, puisque parfois nous étions allier contre les Gorgones, nos connexions à travers l’histoire sont nombreuse et la forêt amazonienne s’étendait du Maroc actuel à la Cyrénie.

Lien Permanent pour cet article : http://marocatlantis.org/nemoralia-fete-de-deesse-artemis/

%d blogueurs aiment cette page :