Yennayer la fête du Dieu primitif Yenos (Janus)

 

Yanos ou Yenos est le Dieu des commencements et des fins, des choix, du passage et des portes. Il est bifront « à deux têtes » et représenté avec une face tournée vers le passé, l’autre sur l’avenir. Il est fêté le 9 janvier pendant trois jours jusqu’à l’arrivée de Yennayer le 12. Son mois, Januarius « janvier », marque le commencement de la fin de l’année dans le calendrier romain. Son culte aurait disparu chez les Libyens mais Yennayer en est une réminiscence, la fête libyque se déroule en deux parties, l’une la veille (réveillon) du nouvel an symbolisé par le visage de Yenos qui regarde le passé et l’autre le jour d’après qui est le premier jour de la nouvelle année incarnée par le visage divin qui regarde l’avenir. Entre les deux jours il existe un jour perdu, inconnu des hommes, nous sommes dans l’incapacité de le vivre, seuls les Dieux peuvent le percevoir et le vivre, c’est le jour des grandes décisions avant la nouvelle année, comme celui de la décision des prochaines morts humaines qui auront lieu l’année qui arrive. Yenos est donc le gardien des deux jours, il clôt l’année précédente et ouvre l’année suivante, on le représente avec pour symbole une clé, il est le gardien du chaos temporel et aussi le père de Gaïa.

 

Yennayer est le nouvel an libyen mais aussi méditerranéen en général, il est fêté du 12 au 13 janvier, il s’agit des festivités sacrés du changement d’année. Pendant Yennayer ont lieu de nombreuses festivités liées aux repas, on change de vêtement (il est aussi important d’abandonner les vêtements déchirés), on change d’équipement de cuisine, on remplace les ustensiles et on fait un grand ménage dans le foyer, c’est pour marquer le changement, car le passage à la nouvelle année est un rituel de transition, le changement doit affecter nos vies et apporter un sentiment de renouveau. Tagola (ancêtre de la polenta) est le plat de prédilection, mais aussi la poule dont on doit consommer chaque partie séparément avec par exemple les ailes pour les filles et les cuisses pour les garçons de la famille. Ce repas doit être préparé par la mère qui égorge une volaille, elle est chargé ensuite de répartie les parties de la poule de manière précise à chaques membres de la famille. Des repas sont offerts aussi bien aux hommes, aux animaux qu’aux esprits afin de mettre un terme aux rancunes du passé et repartir sur une bonne année. Il faut enterrer la hache de guerre et marquer ce jour comme celui du partage et de la paix.

 

Yennayer viendrait du nom du Dieu Yenos (Janus) autrement dit “l’année de Janus” qui donnera ensuite le nom du mois de janvier chez les Romains, beaucoup de théories existent sur l’origine romaine de “Yennayer” mais c’est en réalité l’inverse. On sait aussi que ce Dieu remonte à l’âge d’or et qu’il est fortement lié à l’Italie, pourtant son nom n’a rien à voir avec les langues européennes, il vient en réalité de l’Atlantide (Maghreb) à l’instar d’Hesperus qui fut chassé par son frère Atlas. Sa fête est reconnue unanimement par tous les Libyens et pratiqué chaque année jusqu’à l’avènement de la barbarité (modernité) qui mettra un terme aux rituels religieux, mais les gens garderont la mémoire de cette fête et elle reste encore à ce jour pratiqué par les derniers villages de libyques irréductibles. 

 

                                                                             …

 

 

Nous profitons de cet article au nom de tout l’équipe de Maroc Atlantis pour vous souhaiter une bonne nouvelle année et de meilleurs voeux, que votre esprit et votre santé s’élève pour parfaire l’oeuvre divine et servir toujours mieux les desseins bénéfiques de nos créateurs.

 

Bonne Année Libyque !!!

Lien Permanent pour cet article : https://marocatlantis.org/yennayer-fete-dieu-primitif-yenos-janus/

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :