«

»

Fév 14 2014

Photo du profil de Ayour Atlas

Imprimer ce Article

Maroc le pays des Pommes d’Or

 
Nous allons parlez ici de cette pomme d’or, vous l’aurez comprit il s’agit de l’orange, afin de faire un rappel sur son importance et sa symbolique en tant que fruit d’Hespérie (actuel Maroc).
 
1 – Bienfait de l’orange :
 

L’orange a presque les mêmes composés que le citron avec l’avantage qu’elle est mieux tolérée par l’organisme que ce dernier. L’orange est plus douce que le citron et son action dépurative l’est donc également. Elle a un pouvoir tonique et nutritif sur l’organisme. Même si l’orange est plus douce que le citron, il faut éviter l’excès à cause de son pouvoir dépuratif. Il est préférable de le consommer le matin. 


Un proverbe arabe dit : « L’orange est d’or le matin, d’argent à midi, et de plomb le soir. »


C’est un fruit bien accepté par les diabétiques, à cause de sa faible teneur en sucre. Si on consomme l’orange entière, sans sa pelure, la cellulose de la pulpe produit une douce action laxative. L’orange est un fruit indispensable pour la femme enceinte, pour celle qui allaite et pour les enfants en pleine croissance. C’est aussi indispensable pour les sportifs, pour les personnes qui font un travail musculaire important, pour les malades en convalescence et pour les vieillards.  Elle est bonne contre le rhumatisme et la goutte ainsi que pour faire baisser la fièvre et combattre la fatigue. Elle peut, aussi, être utilisée en cas d’intoxication de l’organisme.
L’orange renforce les protections immunitaires et défend les muqueuses. Elle permet l’augmentation de la sécrétion pancréatique lors de la digestion.
Comme le citron, elle peut être utilisée pour le soin du visage, avec l’avantage que l’orange a une action anti-rides. L’orange favorise la production de globules rouges et la lutte contre l’anémie. Elle fluidifie le sang et protège les vaisseaux sanguins. Son action est, aussi, importante sur la peau et sur les cheveux.


A cause de la quantité importante de vitamine C, l’orange sert à lutter contre le scorbut. Elle prévient le développement des rhumes. L’acide citrique de l’orange permet la dissolution de l’acide urique et donc l’élimination de calculs rénaux. Elle a une action diurétique.
Pour lutter contre les mites, vous pouvez piquer une orange de clous de girofle jusqu’à ne plus voir la pelure. L’action d’une telle préparation se fera sentir pendant de longs mois.
L’orange, comme la plupart des fruits, doit se consommer seule et de préférence à jeun. Elle devrait faire partie de l’alimentation de ceux qui souffrent de maladies infectieuses, de cancer, du diabète et de tuberculose. L’orange a une action tonique sur le système nerveux et coeur. Elle empêche l’insomnie, la nervosité ainsi que les migraines.
L’action antiseptique et antimicrobienne de l’orange intervient au niveau de la flore du côlon, où elle en traîne la  » désinflammation » des muqueuses.
La cure d’orange est utile contre la grippe et l’eczéma. L’infusion de zeste d’orange sert pour stimuler la digestion et pour empêcher la formation de gaz. L’infusion de fleurs et de feuilles d’oranger sert comme stimulant et tonifiant de l’organisme. Elle diminue les insomnies. L’infusion doit être bue après le repas.


A cause de ses hétérosides flavoniques, l’orange protège les parois des capillaires et prévient les hémorragies. L’orange est alcalinisante, apéritive et digestive.
La tisane de fleurs ou de feuilles est utilisée pour ses propriétés sédative, hypnotique, antispasmodique et vermifuge.


On entend par « fruit de l’immortalité » un fruit qui repousse la vieillesse, la mythologie parle d’immortalité ce qui est peutêtre une façon de décrire ses effets sur la peau.


2 – Le fruit le plus consommé au monde :

 
Le jus d’orange représente près de 50% des volumes de jus de fruits vendus en France avec 779 millions de litres consommés en 2012, devant les pommes et les vitaminés, a indiqué mercredi l’Union nationale interprofessionnelle des jus de fruits (Unijus). Au total, en 2012, les Français ont consommé 1,62 milliard de litres de jus de fruits, en baisse d’1% par rapport à 2011.
 
Malgré la flambée des coûts des fruits, les prix de vente aux consommateurs sont restés stables en 2012: un pur jus s’est vendu en moyenne à 1,63 euro et le jus à base de concentré à 1,07 euro. En quatre ans, le prix du pamplemousse a grimpé de 115%, 60% pour la pomme et 55% pour l’orange. Pour 2013, les prévisions laissent entrevoir une hausse de 70% pour le raisin, entre 20 et 60% pour la pomme, 10 à 25% pour l’orange et 40% pour le pamplemousse.
 
L’appétit pour les purs jus ne se dément pas
 
« Une plus importante progression du prix de vente aux consommateurs a touché les nectars, en raison de la taxe sur les boissons avec sucres ajoutés (appelée « taxe soda », NDLR): leurs prix sont passés à 1,08 euro contre un euro en 2011″, note l’interprofession. Cette fiscalité, entrée en vigueur en janvier 2012, « est particulièrement pénalisante (…) car les nectars sont le seul moyen de consommer certains fruits sous forme liquide » comme les fruits pulpeux (banane, abricots) ou les fruits acides (fruits rouges) qui « doivent être dilués puis édulcorés », explique-t-elle encore.
 
L’appétit pour les purs jus ne se dément pas. Ils passent le cap des 50% de parts de marché (51,8%), devant les jus de fruits à base de concentré (29,2%), les nectars (18,5%) ou les smoothies, en nette baisse sur un an (0,5% de part de marché, -23% en un an).


 
Le jus d’orange est le jus le plus consommé au monde. Le Brésil produit  actuellement 54% du total et la Californie 30%, soit 84% à eux deux, sur la base des chiffres de l’année 2010.8
 
La différence principale réside dans le fait que le Brésil exporte 99% de sa production alors que 90% de la production de la  Floride sont consommés aux USA et seulement 10 % sont exportés.1
 
Le bassin méditerranéen constitue la deuxième plus grande zone de production de jus d’orange, notamment avec l’Espagne, l’Italie, la Turquie, l’Égypte, le Maroc et Israël.
 
3 – Le Maroc face au péril orange :
 
 
 
Malgré une forte progression de la production des agrumes au Maroc, les transformateurs sont confrontés à des pénuries cycliques de matières premières. La raison en est que les exportations, tout comme la consommation de bouche, absorbent l’essentiel de la production, et sont elles-mêmes en forte progression. Le marocain consomme à lui seul une énorme quantité d’orange.
 
Production d’agrumes au Maroc
 
Le contrat programme visant à la production de 2,9 millions de tonnes d’agrumes d’ici 202010 ne changera sans doute pas grand chose à cette situation, étant donné que par exemple sur la période 2009-2010, le taux de croissance de la consommation des jus de fruits (37%) a été très supérieur à celui de la production des agrumes (15,3%). Il s’en suit un déficit chronique de la disponibilité de la matière première.
 
Historiquement, la pénurie d’orange avait été à l’origine du démantèlement de l’ancienne Fruitière Marocaine de Transformation (FRUMAT) en 2004. Ces difficultés d’approvisionnement se perpétuent dans la durée, comme au démarrage de la campagne 2009-2010, durant laquelle les usines d’extraction du jus d’orange ne tournaient qu’à 20% de leur capacité.
 
Pour éviter une répétition de ce scénario catastrophe, les producteurs de jus d’orange marocains n’ont donc d’autre choix que de développer leurs propres vergers afin de garantir leurs approvisionnements, avec le risque météorologique que cela implique, et comme seule alternative de s’approvisionner sur les marchés internationaux, mais en étant dans ce cas exposés à la volatilité des prix.
 
 
Le Maroc dont l’art culinaire ne manque pas d’utilisé l’orange sans compté la consommation en bouche devra faire face à un marché de plus en plus forasse au niveau nation, régional et mondial.
 
« D’ici 2040, la demande en jus d’orange dépassera
l’offre d’environ 76 millions d’hectolitres de jus 100% »
 
Bob Norberg
 
 
« À environ $1,75 la livre, les prix du jus d’orange menacent de s’envoler vers des
niveaux qui n’avaient plus été visités depuis le pic des matières premières mi-2007″ 
 
Jamie Chisolm
 
 
« On doit s’attendre, pour la plupart des fruits, à des prix de matières
premières s’établissant au-delà des moyennes historiques »
 
European Fruit Juice Association 2010 Market Report
 
 
« Le jus de fruit pourrait devenir un luxe »
 
The Grocer
 
 
 
Le continent importe, comme nous l’avons vu dans le cas du Maroc,  des jus de fruits, industriels et conditionnés, pour couvrir les besoins croissants de sa population, dont la consommation est anticipée en forte hausse.
 
Sur ces importations, la valeur ajoutée générée lors de la transformation échappe en grande partie aux nations africaines, tandis que le coût des produits transformés d’importation les rend inaccessibles à la plus grande partie de la population.
 
4 – Entre mythe et réalité :
 
La mosquée aux trois pommes d’or (Marrakech)
 
Construite vers la fin du 12ème siècle par l’almohade Yacoub el Mansour (empire berbère islamique), son plan est singulier et tout à fait original. C’est une vaste mosquée en T presque carrée. L’originalité réside aussi dans la cour très vaste qui est subdivisée en un grand  »sahn » central et en quatre petites cours séparées par des arcades. Tout cet ensemble est agrémenté de nombreux bassins. Le minaret trapu et massif servira de modèle aux architectes des siècles suivants. Il a été merveilleusement construit en moellons et en briques, le bois ayant été employé sous forme de linteaux, de longrines, etc.
 
Contrairement au minaret de la Koutoubia, décoré par panneaux, celui-ci est entièrement couvert d’un fastueux décor d’entrelacs que les artistes andalous surent utiliser avec habileté pour plaire à leurs souverains qui prônaient la sobriété. 
 
La mosquée de la kasbah devint célèbre grâce à la légende de ses trois boules et qui seraient faites d’or pur. Et Léon l’Africain de raconter :  »Nous lisons dans les ouvrages historiques que la femme de Mansour, après que son mari eut fait bâtir ce temple, désira elle aussi laisser quelque souvenir d’elle-même parmi les ornements de cet édifice. Elle vendit ses propres joyaux d’or, d’Argent, de pierreries, etc., que lui avait donnés le roi quand il l’avait épousée, et elle fit faire les trois pommes d’or qui donnent une si belle apparence au sommet de cette tour. » Selon une légende,  »celui qui a fixé les pommes d’or a prononcé une incantation magique par laquelle il a obligé certains esprits à monter auprès d’elles une garde perpétuelle ».
 
Au pays d’Hercule, les Ibéromaurussiens (Maures et Andalous) ont peut-être voulus à travers cette mosquée commémorer l’histoire d’Hercule et les trois pommes d’or. Cependant on peu bien croire en une coïncidence néanmoins le parallèle historique n’en reste pas moins édifiant.
Le jardin des Hespérides (Maroc)
L’orange renvoi au mythe de la pomme d’or du pays d’Altas, actuel Maroc, ce même pays dont parle la légende antique est resté ce pays de l’orange mais devant l’industrialisation se voit oublié alors qu’une plus forte productivité serai envisageable. La course à la compétitivité serait-elle la meilleur voie à suivre quand on voit les dégâts que cela à causé au Brésil. Pouvons nous voir le péril orange sous un autre angle, celui du bio, du marché équitable? Le Maroc aurait il plus à gagné à misé sur la qualité plutôt que la quantité? D’un point de vu historique et civilisationnel l’orange devrait être mis en avant comme un symbole national au même titre que l’argan, avec une volonté de conquérir les marchés les plus exigent en terme de quantité. Un point de vue uniquement mercantile risque de détériorer l’écosystème de l’Atlas déjà fortement affaiblie par l’avancé du Sahara. En laissant l’industrialisation de l’orange chinoise (oui l’orange douce viendrai de chine découvert par les portugais) dans une logique industriel à la manière de l’empire du milieu et prenant le chemin d’une production bio-équitable et qualitative le Maroc ainsi que toute l’Afrique du nord peu créer son propre marché tout en devenant incontournable pour sa qualité de fruit.
 
La renaissance berbère passe par une revalorisation de nos pommes d’or, un respect sévère de notre patrimoine naturel et un retour édifiant vers nos mythes fondateurs tel que les jardins des Hespérides.

Source :
http://www.axio.ma/Analyse-economique/Le-marche-mondial-des-jus-de-fruit-une-perspective-africaine-content-20.php
http://bienfaits-des-fruits.blogspot.fr/2013/02/les-bienfaits-de-lorange.html
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/04/10/97002-20130410FILWWW00686-le-jus-d-orange-de-loin-le-plus-consomme.php

Lien Permanent pour cet article : http://marocatlantis.org/maroc-le-pays-des-pommes-dor/

%d blogueurs aiment cette page :